Devis-juridique.com
Demandez en ligne des devis à des avocats partout en France
demander un devis
Votre demande de devis en ligne ou par téléphone
Votre demande est transmise aux avocats de la plateforme
Des 1ers devis généralement reçus en quelques heures
Les devis sont gratuits et sans engagement
inscription avocat





Controle fiscal - Devis d'avocats gratuits sur Courbevoie

Droit fiscal - Trouvez un avocat disponible rapidement sur Courbevoie

246 avocats compétents en droit fiscal
Nous trouvons pour vous un avocat sur Courbevoie en droit fiscal pour répondre à un contrôle fiscal. Le contrôle fiscal représente le pouvoir de l’Etat de vérifier les déclarations d’impôts. Il s’agit d’une procédure redoutée car intimidante mais tout assujetti dispose de droits face à un contrôle fiscal. Ainsi, afin de faire valoir ces droits avant, pendant et après un contrôle fiscal sur Courbevoie, nos avocats, spécialistes du droit fiscal, vous assistent et vous guident dans vos démarches.

Demande de devis sur Courbevoie - Controle fiscal


Merci de remplir le formulaire ci-dessous pour votre demande de devis
Nom & Prénom du contact :
Statut :
Adresse email :
Numéro de téléphone :
Code postal :
Ville :

Votre dossier - Controle fiscal - Courbevoie

Objet de la demande :
 
Type de demande :
Budget pour ce dossier :
Volonté de réalisation :
Degré d'urgence :
Préférence de localisation :
Description de la demande :


Conformément à loi informatique et libertés vous disposez d’un droit d’accès de rectification et de suppression des données communiquées.




En savoir plus / Controle fiscal

En matière fiscale, le principe est que le contribuable effectue ses déclarations de manière conforme et sincère. Cela dit, l’administration pourra, à dessein, procéder à un contrôle en cas d’incohérences déclaratives ou de suspicions. Toutefois, pour certains contribuables, notamment les entreprises avec un chiffre d’affaire important, le contrôle sera le plus souvent systématique.

Comment intervient le contrôle fiscal ? Préalablement, afin d’apprécier la sincérité des déclarations fournies, l’administration  effectuera une procédure de vérification par laquelle celle-ci dispose non seulement d’un pouvoir d’information (possibilité demander des renseignements au contribuable), que d’un droit de communication (demande aux tiers d’information sur le contribuable). A son terme, l’administration peut décider d’enclencher une procédure plus lourde. Celle-ci peut prendre la forme d’un examen de situation fiscale personnelle (ESFP) pour les contribuables (personnes physique) ou de vérification de comptabilité pour les entreprises.

Comment contester le redressement fiscal ? Au terme de la procédure intervient la notification du redressement, le droit positif offre la possibilité pour le contribuable de contester cet impôt supplémentaire par un recours contentieux devant le tribunal administratif compétent. Toutefois, il existe des possibilités de médiation souvent très avantageuses pour le contribuable. Faisant état de difficultés particulières, le contribuable pourra s’adresser à l’administration qui, le cas échéant répondra dans un délai de 2 mois (l’absence de réponse vaut rejet de la demande). S’il se trouve insatisfait, le contribuable pourra saisir le conciliateur fiscal départemental qui dispose d’un pouvoir de révision de la décision administrative.

Quelles sont les conséquences d’une irrégularité commise par l’administration ? Sous couvert de respect des garanties inhérentes à la qualité du contribuable, le contrôle fiscal effectué par l’administration pourra être purement et simplement annulé par le juge si l’inspecteur des impôts n’a pas respecté les règles impératives de procédure ; et cela même si le contribuable à effectivement commis une erreur.

Quels sont les droits garantis au contribuable ? Le corpus juridique contient de nombreuses règles susceptibles d’entacher le contrôle fiscal de nullité. Principalement il existe : la présence effective sur l’avis de vérification de la mention indiquant au contribuable son droit de se faire assister par un conseil (droit garanti par le Livre des Procédures Fiscales) ; la limitation dans le temps de la procédure (variation selon le chiffre d’affaire de l’entreprise) ; le respect du principe du contradictoire (c'est-à-dire d’un débat oral avec l’administration) etc.